AN  1 DE DOCTEUR IBRAHIMA KASSORY FOFANA A LA PRIMATURE

0
89

Plus de 300 jours après sa nomination au poste de Premier Ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana commence à imprimer sa marque. Son Gouvernement a bataillé ferme depuis le 21 Mai 2018 pour rétablir la crédibilité du pays. Un premier bilan certes confortable qu’il a déroulé le 30 Mai dernier devant les médias à l’Hôtel Primus Kaloum, mais qu’il entend bien faire fructifier en plaçant la classe politique devant ses responsabilités.

Dès le début de ses échanges avec la presse, Dr Ibrahima Kassory supposait toujours, comme les sages Japonais que ses interlocuteurs avaient d’avance raison. Naturellement, il sait que chacun, et en particulier l’autorité peut se tromper. Mais dans le contexte républicain de reddition des comptes, il estime qu’il est important de se montrer hospitalier à l’égard des opinions d’autrui. Beaucoup de journalistes ont été charmé par cette générosité d’âme qu’ils en oubliaient même d’essayer de le convaincre.

Cette force mentale, faite de modestie, de calme et de conviction ont été les maîtres-mots du Premier Ministre, ceci à un moment où beaucoup de cassandres pensaient à des scénarii d’aggravation de la crise politique paralysante, accentuée par des protestations et des manifestations. Si une solution d’urgence n’était pas trouvée aux contentieux issus des élections communales, l’effondrement économique était tel qu’un diagnostic de la crise lui permit d’adopter des solutions. C’est ainsi qu’il parvint à convaincre les Partenaires Internationaux (Union Européenne, Banque Mondiale et FMI), qu’avec les progrès réalisés sur le plan politique, le plan de gestion macro-économique a pu être redynamisé. Le taux moyen annuel de la croissance revient à deux chiffres sur la période 2016-2018. Ce qui traduit la stabilité du cadre macro-économique, reflété par un accroissement du taux de croissance réelle à 10,2%, le maintien du taux annuel d’inflation, la promotion du secteur privé (amélioration du climat des affaires), un très bon niveau de mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) 2016-2020.

Après sa forte impression lors de la déclaration de politique générale devant la représentation nationale pour un exercice que l’on disait à hauts risques et pour lequel rien n’indiquait qu’il aurait les aptitudes pour convaincre les parlementaires et les populations, le Premier Ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana depuis le 21 Mai 2018 par ses sorties, a fait coïncider l’annonce d’une bonne nouvelle. Autant de bons points à l’actif du Premier Ministre et qui impressionnent même l’entourage du Président de la République. Au terme de la 1èreannée de sa Primature, Dr Ibrahima Kassory FOFANA peut à juste titre se prévaloir de résultats encourageants tant au plan intérieur qu’économique. Qu’il s’agisse des fonctionnaires, des opérateurs économiques, des syndicats, des femmes, chacun dans un pays stabilisé s’est vu indiquer sa place et ses objectifs, le dialogue et le consensus étant les slogans d’une politique de réformes structurelles et d’Emergence prônée par le Président de la République, le Professeur Alpha CONDE.

Le Premier Ministre, à bas bruits, sans effets d’annonces ou de discours fracassants a su imprimer sa volonté de paix, de développement aux citoyens, ce qui n’était ni simple, ni évident au regard des constats de remous sociaux. D’ailleurs, le Premier Ministre a lancé des réformes indispensables de nature à dynamiser les projets de développement en cours. On peut dire qu’au terme de cette 1èreannée, le Premier Ministre a placé la Guinée sur la ligne d’un bon départ pour la course vers le progrès et le développement. Et pourtant, l’homme n’est pas si vieux. La soixantaine, peu nombreux sont les hommes politiques qui peuvent aussi se targuer d’une aussi belle carrière et rares sont les Africains comme lui, qui font l’unanimité au sein de la communauté internationale, à l’instar de sa sortie à la Banque Africaine de développement (BAD) à Abidjan (Côte d’Ivoire) pour la MAMRI (Mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes).

Sa politique fiscale orthodoxe et sa volonté de maitriser des déficits publics, de lutter contre la corruption agacent les esprits pervers. Mais les bons résultats économiques récents ont valu à Dr Ibrahima Kassory FOFANA desélogesdu monde entier et en font l’un des Premiers Ministres les plus respectés et les plus écoutés. Car il sait parler de ‘’ l’épicentre économique’’ de la Guinée. Aussi, il faut souligner que Dr Ibrahima Kassory FOFANA se veut proche de la Guinée d’en bas.Il en vient et il en est fier.

DE TROP VASTES INTERETS, DE TROP NOMBREUX ACTEURS

Dr Ibrahima Kassory FOFANA possède de nombreuses qualités ; d’un sens aigu de la diplomatie économique.  Ses voyages parfaitement ciblés entre les zones internationales, Inde Qatar, France et autres, ses rencontres au niveau panafricain dans le cadre de la coopération sud-sud, la qualité de ses déclarations d’autant plus appréciées qu’elles reprennent les thèmes que chacun veut entendre, sont autant de démarches de nature à satisfaire l’ensemble des acteurs.

Après ce premier acte brillant, il faudra cependant passer au second acte mais plus particulièrement aux actes, et là ce sera une autre paire de manches. Car, les intérêts sont aussi grands et les acteurs si nombreux que la partie n’est pas gagnée d’avance.

Dans sa conférence de presse du 30 Mai 2019, le Premier Ministre a évoqué aussi les principes, les défis et acquis de la politique économique et financière, sous l’impulsion du Président de la République, le Professeur Alpha CONDÉ et exhorté les médias à soutenir davantage l’Emergence économique. Plus généralement, la méthode Kassory, faite de fermeté et de discrétion, combinant vision stratégique et décisions tactiques, permettra de propulser le pays dans une modernité à visage humain et de faire du Président Alpha CONDÉ un grand bâtisseur dont l’histoire retiendra le nom.

Le FMI (Fonds Monétaire International) avait noté que la pauvreté reste largement répandue et que la faiblesse des infrastructures et les capacités limitées de l’Administration empêchent la modernisation de la Santé et de l’Education. Il a également recommandé au Gouvernement, par ailleurs félicité pour les efforts de redressement de ces dernières années, de s’en tenir à l’avenir de la politique budgétaire acceptée dans les programmes économiques mis au point avec les organisations de Bretton Woods depuis 2011, tout en continuant de surveiller de près l’évolution des dépenses publiques.

Sur le plan de la lutte contre la corruption, les instructions présidentielles très fermes ont été données au Premier Ministre, pour sévir durement contre ceux ou celles qui continueraient à perpétrer clandestinement ou non ces pratiques. Sa victoire la plus récente et la plus spectaculaire est probablement le recentrage d’initiatives : Dr Ibrahima Kassory Fofana enfourche donc ce nouveau cheval de bataille, ce d’autant plus qu’il croit sincèrement que les sacrifices et labeurs investis par les populations vont arriver à leur terme avec ses Initiatives dont lui seul a le secret. Ainsi, le Président Alpha Condé peut sans doute être satisfait, pour trois (3) raisons au moins :

  • Premièrement, le fait d’avoir choisi Dr Ibrahima Kassory Fofana à la Primature, qui présente le profil idéal pour faire traduire par le Gouvernement la moindre de ses pensées.
  • Deuxièmement, le climat politique national est apaisé.

Mieux, l’ancrage dans l’Opposition Républicaine de deux (2) ténors, membres de l’Opposition Républicaine, Aboubacar Sylla, Ministre des Transports et Mouctar Diallo, Ministre de la Jeunesse et de l’Emploi-Jeunes, explique alors la vision ‘’partagée’’ prônée par le Premier Ministre, l’un des acquis majeurs de cette Primature, même si, à la lecture de la composition du gouvernement, certains responsables de cette Opposition, tout en appréciant la présence de Boubacar Barry, actuel Ministre du Commerce, ont eu à déplorer que le Parti au Pouvoir, le RPG Arc-En-Ciel, se soit toujours taillé la part du ‘’Lion’’.

LES GRANDS DOSSIERS QUI LE PASSIONNENT !

La bonne gouvernance, la Restauration de l’Autorité de l’Etat : le Premier Ministre pense que la politique budgétaire est l’instrument central pour régler ses différentes initiatives dans le cadre d’un pays comme la Guinée. C’est pourquoi, il consacre le plus clair de son temps à la conception, à l’exécution, au suivi et au contrôle du budget.

La politique budgétaire consiste, pour un gouvernement, à fixer chaque année, le volume des revenus qu’il espère réunir (Impôts, Taxes et Droits de douane notamment) et les dépenses auxquelles il devra faire face. (Charges courantes du type salaire, biens et services, transferts et dettes, dépenses d’investissement). Lorsque le volume total des dépenses est supérieur au volume des recettes escomptées, il y a un déficit qu’il faut financer. Un aspect important de la politique budgétaire consiste à discuter de la meilleure façon de financer le déficit de l’Etat. La politique budgétaire est donc l’un des instruments de la politique économique les plus puissants puisqu’elle fixe et codifie pour chaque exercice le cadre de l’intervention de l’Etat dans l’économie. On dit que le Premier Ministre, n’a pas de nerfs, tant son calme et son sang-froid semblent absolument naturels. Ses collaborateurs se demandent souvent si cette attitude est contrôlée ou innée. Il donne toujours l’impression d’être là où il devait être, c’est-à-dire qu’il maîtrise parfaitement sa présence dans l’instant, et ceci, quelles que soient les circonstances. Une des qualités qui lui ont permis de s’imposer comme étant un personnage incontournable. Et le secret de la réussite de Dr Ibrahima Kassory Fofana au cours de cette première année est d’avoir compris une chose qui échappe aux ‘’Experts’’ et aux Diplomates : il faut aller pas à pas et respecter l’opinion de chacun même lorsqu’elle semble injustifiable. A ce titre, de sa propre initiative, le Chef de l’Etat a affecté 15% des revenus miniers au financement du développement des collectivités locales avec pour cadre d’exécution l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC). Un programme ambitieux doté de 700 milliards de francs guinéens, pour la base, qui va créer des emplois et stimuler l’entreprenariat des Jeunes et des Femmes. Plus de 700 projets d’infrastructures seront recensés dans les 342 communes. De plus, l’inclusion économique, financière et sociale concernera 5 millions de citoyens d’ici 2025. Les travaux de démarrage seront lancés dans le dernier trimestre de l’année 2019 sur un échantillon de 400 mille personnes vulnérables.

  • La troisième initiative est la Mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes (MAMRI). Là, il faudra relever le niveau actuel de collecte des ressources internes qui de 13,5% du PIB doit atteindre 20% selon les recommandations de la conférence d’Addis-Abeba sur le financement du développement.
  • L’Agence Guinéenne pour le Financement du Logement (AGUIFIL) suite aux accords conclus entre la Banque Centrale, l’Association Professionnelle des Banques et le Gouvernement pour le Financement du Logement Social. Le Projet pilote de 5 mille logements est obtenu sur fonds de garantie hypothécaire pour l’Habitat Social, doublé d’une provision budgétaire à hauteur de 25 milliards de francs guinéens.
  • Une stratégie globale pour l’emploi et l’entreprenariat en Guinée en faveur des Femmes et des Jeunes dotés de 300 millions de dollars Américains. Plusieurs partenaires soutiennent ce programme, en l’occurrence l’Union Européenne, la Banque Mondiale, la SFI, les Agences des Nations Unies, la BID, la BAD et l’AFD. Elle aura pour cible 200 mille Jeunes et Femmes.
  • La réalisation des infrastructures socio-économiques : ce volet couvre la réhabilitation des voiries urbaines de Conakry, Labé, Dalab, Mamou, Siguiri, Pita, Guéckédou et des chantiers à l’intérieur (Coyah-Mamou-Dabola, Dabola-Cissela-Kouroussa) sans oublier le transport urbain de Conakry avec ‘’Conakry Express’’.
  • Quant au volet Assainissement, la Guinée bénéficie déjà d’une enveloppe de 100 millions de dollars de l’Union Européenne et de la BID. La passation de marchés a permis de recruter deux opérateurs de référence Internationale pour la collecte, le transfert des déchets et la gestion de la décharge publique, sans oublier l’acquisition d’importants équipements pour la construction d’autres technologies.
  • La Politique de promotion du contenu local, avec son corollaire, la « Guinéeisation » de l’Emploi et de l’Economie afin de permettre aux Guinéens de bénéficier des retombées de la croissance économique. Un observatoire national du contenu local sera prochainement logé à la Primature et dont les négociations sont très avancées avec les Emirats-Arabes-Unis.

Enfin, le Premier Ministre tout en faisant part des défis face aux attentes légitimes des populations laissera à l’assistance la méditation de cette pensée de George Pompidou : « Je préfère l’impopularité à l’irresponsabilité ».

 

Don de Dieu Agossou

LAISSER UN COMMENTAIRE