Kimberly Phelan Royston, Conseillère Bureau des Affaires culturelles et de presse Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Guinée.

0
347

KIMBERLY PHELAN ROYSTON :’’J’aime la Guinée !’’

Kimberly Phelan Royston une activiste au service de la diplomatie américaine en Guinée restera pour de nombreux hommes et femmes de médias une référence dans la conquête  des libertés et de la marche vers d’autres sommets dans le cadre de la démocratie et de la construction de l’Etat de droit dans notre pays.

Kimberly, appelons la ainsi, s’était fait de nombreux amis dans les médias audio-visuels et s’impliquait jusqu’à l’antenne de certaines radios de proximité, pour redresser telle idée, ou pour donner son avis sur telle autre émission. Une sorte d’immersion dans le monde médiatique en Guinée.

Durant son séjour en Guinée, elle s’est investie à cœur joie dans des associations de femmes, de jeunes et apporté un appui à la croissance économique et à la démocratie en Guinée.

En sa qualité de Conseillère Culturelle chargée de la Presse, Kimberly s’efforçait de mieux expliquer les différentes positions du gouvernement américain dans le contexte de la participation de conférenciers américains officiels ou indépendants au cours de séminaires ou autres colloques.Elle concevait des programmes qui permettaient une meilleure approche de la société américaine, de ses valeurs et opinions ainsi que le maintien des bonnes relations bilatérales avec la presse locale. Elle gérait les programmes d’échange et les voyages d’études comme par exemple les bourses Humphrey et Fulbright, ainsi que le programme des Visiteurs Internationaux. La section culturelle qu’elle dirigeait favorisait également  les projets entre Institutions privées guinéennes et américaines et participait à la promotion des arts et la littérature américaine en Guinée.

L’action la plus remarquable qui marqua tous  les esprits à Conakry fut initiée par Kimberly au cours d’une opération au cours de laquelle la société américaine ‘’Toms-Shoes’’ a fourni à 18.000 élèves filles et  garçons autant de paires de chaussures. Des milliers de jeunes filles ont également bénéficié du leadership sportif dans des  camps dénommé ‘’Girl Power’’.

Kimberly s’est longuement investie dans le programme de l’entreprenariat féminin, sans parler des événements culturels connus ‘’Les 72heures du Livre’’les compétitions académiques de Sciences naturelles et de mathématiques. Afin de familiariser la jeunesse scolaire guinéenne à des compétitions de haut dans le domaine des sciences exactes. Kimberly  ne se contentait pas rester cloitrée dans le confort des bureaux de la chancellerie à koloma. Elle a traversé de nombreuses fois la Guinée d’Est en Ouest, du Nord au Sud pour apporter sa touche personnelle aux œuvres qu’elle parrainait dans le cadre de sa mission.Elle travaillait avec enthousiasme avec la jeunesse et les femmes ainsi qu’avec les journalistes pour faire selon elle une Guinée mieux gouvernée et plus prospère pour tous.

Evidemment, son séjour ayant coïncidé à l’explosion du virus Ebola Kimberly n’a pas attendu pour participer au combat pour l’éradication de ce virus maudit. Elle s’est impliquée dans un partenariat que l’ambassade des Etats-Unis a initié en associant des experts médicaux sur le virus Ebola du Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies  (C.D.C. d’Atlanta)avec  les médias guinéens et la Société Civile afin de sauver des vies en informant les populations avec force arguments. Ce qui lui donna l’occasion de parrainer plusieurs séances de sensibilisation, y compris celle intitulée :’’la responsabilité de la femme contre Ebola’’ dont Kimberly a eu l’occasion personnelle de témoigner à Kindia, Mamou et N’Zérékoré.

Kimberly qui défend envers et contre tout la liberté de la presse particulièrement en Guinée et en Afrique a visité plus de 15 stations de radios rurales où elle a participé aux différents conseils de rédaction et apprécier le travail des journalistes dans les différentes émissions pour une ‘’protection efficace contre Ebola’’.

Kimberly avoue que la situation de la presse en Guinée est difficile mais exaltante. Elle se dit particulièrement inspirée par la gent féminine guinéenne et jure par tous les dieux que sa propre expérience de femme de médias aux States est qu’il est absolument essentiel de faire entendre la voix des femmes sur  toutes les questions  nationales. Elle se dit impressionnée  par des femmes comme Madina Thiam qui prennent hardiment la parole pour exiger le changement social.

Selon Kimberly la Guinée a de la ressource à revendre et à beaucoup à offrir à qui sait l’apprécier et la connaitre suffisamment.

Kimberly Phelan Royston quitte la Guinée après trois ans de bons et loyaux services, avec des souvenirs impérissables, particulièrement des randonnées campagnardes à vélo, des repas pantagruéliques dont le ‘’Mafé sauce arachide’’ qu’elle adore partager avec son époux, un charmant diplomate avec qui elle a ‘’bourlingué’’ à travers le monde, du Pakistan, au Yémen et un moment  à la Mission américaine de l’Union Européenne.

Kimberly est diplômée de l’Université de Californie à Los Angeles.

Elle quitte la Guinée le cœur serré nous dit-elle et pensera toujours à ce beau pays quand elle rejoindra son nouveau poste diplomatique en Allemagne. Pour Kimberly l’ avenir est en Afrique, l’avenir est en Guinée.

 

 

 

 

 

Samba Touré

LAISSER UN COMMENTAIRE