Femmes d’Exception: Madeleine Théa, Une tête pensante!

0
317

L’ancienne députée uninominale du parti de l’unité et du progrès – PUP de la deuxième législature, Madame Madeleine Théa est sans doute l’une des plus grandes Dames défenseuses des valeurs et intérêts de la Guinée forestière, en général et de N’Zérékoré, en particulier par les combats qu’elle mène âprement depuis des années. Ces actions ont fait d’elle une personne à la fois aimée par les siens et une valeur sûre dans tout ce qui doit engager l’avenir de la Guinée forestière.

A l’événement du multipartisme intégral dans les années 1992, la féroce adversité qu’imposaient les hommes sur l’échiquier politique, Madeleine Théa, ‘’ Mado’’ pour les intimes n’a pas hésité un seul instant à faire valoir sa place en sortant la grande artillerie face aux velléités de Nzérékoré pour non seulement hisser le parti présidentiel de l’époque au premier rang mais aussi en remportant les élections uninominales de cette grande métropole.

En effet, élue de ‘’Nzalikolé’’ elle était rentrée dans les bonnes grâces de Lansana Conté qui a été séduit par son honnêteté, sa franchise et sa loyauté. Celui-ci n’a pas hésité un seul instant à lui confier l’implantation du P.U.P (Parti de l’Unité et du Progrès) dans tous les confins du grenier de la Guinée. Ce qu’elle fit avec brio, panache et détermination.  Mado est devenue par la suite une égérie de Lansana Conté, malgré la concurrence masculine dans les couloirs du pouvoir et du parti présidentiel.

Ecoutez le résumé du parcours de la combattante, Madeleine Théa, au micro de notre reporter : « Après mon CP (ndlr : cours préparatoire) à Conakry, j’ai  arrêté les études et puis je suis allée chez les sœurs religieuses ou j’ai fait ma formation en secrétariat. De retour à Nzérékoré, je fus la secrétaire du Gouverneur à l’époque  et après je suis nommée directrice préfectorale de la promotion féminine durant 8 ans. Ensuite il y a eu l’avènement du multipartisme en Guinée, et on m’a fait appel pour intégrer le parti présidentiel. C’est ce qui m’a permis d’être candidate de ma ville. Et J’ai été élue députée. » Explique-t-elle.

Après son passage à l’hémicycle Madeleine Théa a fondé une école privée « Tipoti la Joie » avec les cycles du primaire et du secondaire pour les enfants de cette ville. Elle passe son temps entre cette école et sa plantation d’hévéa.

Dans le cadre de la lutte contre la maladie à virus Ebola, en tant que leader de la région forestière, Madame Madeleine Théa n’est pas restée en marge de ce combat. Elle a récemment organisé une marche traditionnelle et coutumière avec les femmes dont les âges varient entre 45 à 80 ans à N’Zérékoré.

« Nous avons décidé de nous mobiliser pour aller jeter le sort à 15 km de la ville  pour pouvoir soutenir le Gouvernement, les agents de la  santé  dans leur  combat contre Ebola. Nous avons l’habitude de faire cette rituelle quand il y a un malheur à  N’Zérékoré. A notre manière, nous avons organisé ça pour chasser Ebola pour enfin continuer notre union car, depuis que cette maladie est venue, s’il arrive un décès, on ne peut même pas souhaiter les condoléances à la famille éplorée, c’est dans ce cadre que nous avons fait cette marche pour que la paix, l’amitié et l’amour puissent revenir dans notre ville. » A-t-elle dit.

« Ne dit-on pas, je cite ‘’ce que femme veut Dieu le veut’’, nous espérons qu’avec cette marche nous allons éradiquer le virus Ebola à Nzérékoré. Dans le cadre de l’assainissement, bientôt nous allons rentrer dans les 22 quartiers et 66 secteurs pour rendre les lieux propre afin que cette maladie quitte la ville parce que moi Mado je ne veux plus entendre que notre région est une zone à haut risque. »a-t-elle soutenu.

Un message aux femmes !

« Un appel aux femmes, seule le travail, le courage  et la détermination payent toujours. Je ne veux pas que les femmes restent en arrière, donc tant que tu peux il faut avoir des initiatives et se battre pour les réaliser. Je veux qu’on mette à la disposition de mes femmes des kits qui vont nous aider à éradiquer le virus Ebola à Nzérékoré.  Je ne peux pas rester tranquille sans faire quelque chose pour ma ville c’est pourquoi je mets à profit mes expériences à la disposition de mes sœurs. Je profite donc de l’occasion pour lancer un appel à Madame la ministre en charge de l’action sociale et de l’enfance de venir nous rendre visite parce que depuis sa nomination, elle nous a jamais contacté. Un message pour elle.Certainement qu’elle ignore que nous avons plusieurs associations de femmes qui œuvrent dans la promotion et l’émancipation de la femme guinéenne à N’Zérékoré. »

« Nous sommes à 1.200 km de Conakry, il se trouve que la route est complètement dégradée et à la télé on ne parle que des femmes de Conakry pourquoi pas les femmes leaders d’autres ville de la Guinée.  Je pense à nous les femmes de la Guinée forestière en nous aidant à la réalisation de nos projets agricoles et à chasser le maudit virus Ebola de la ville de Nzérékoré, on aura ouvert le chemin du développement rapide du pays.»

Les femmes continuons à nous battre pour être parmi les meilleures car,  »ce que femme veut Dieu le veut’’. Je suis  toujours prête à servir. »

Nous souhaitons bon vent !

Oumel Bah

LAISSER UN COMMENTAIRE