Self Made Men: Ibrahima Kalil Magassouba,Directeur Général Adjoint de la Société Guinéenne de Pétrole (SGP).

0
1056

Le monde pétrolier en Guinée.

 

La gestion et la sécurisation de la qualité des carburants, un facteur très  stratégique pour le pays relève d’une grande compétence et de l’attention à la fois de l’Etat et des acteurs privés. ‘’Madina Men’’ a pris langue avec un spécialiste, pour une plus grande visibilité dans le domaine pétrolier guinéen. Ibrahima Kalil Magassouba, en véritable connaisseur des rouages à la SGP et à travers les structures de distribution du port aux stations de pompage et autre dépôt central, nous édifie avec maîtrise.

Madina Men : Vous êtes  un très jeune administrateur. Comment avez-vous fait pour être le DGA de la SGP ?

Ibrahima Kalil Magassouba: Je suis un ingénieur de procédés qui a bénéficié de plusieurs expériences, notamment dans les grandes structures comme l’Association Guinéenne des Pétroliers (AGP).  J’étais chargé du contrôle qualité  des produits pétroliers importés en Guinée. J’ai travaillé dans les raffineries comme la SIR et tant d’autres. Aussi, j’ai piloté le bureau d’expertise qualité sur  le pétrole au niveau des raffineries, avant le chargement des  tankers, où je devais inspecter les cargaisons, superviser les normes ‘’ISO’’ dans les laboratoires et sur les installations. A TOTAL j’ai été coordinateur du ‘’Dépôt Aviation’’. Accepter qu’avec cette somme d’expériences dans le domaine du pétrole au privé, je sois à ce niveau actuel dans la structure de gestion des importations des produits pétroliers en Guinée.

La Société Guinéenne du Pétrole est-elle mixte ou entièrement étatique ?

Non, c’est une société mixte. Nous avons des actionnaires qualifiés de majors comme TOTAL qui a 47% des actions et VIVO -Energie (ancien Shell) qui a 17%. Nous avons au niveau local les sociétés CopeK (16 %) ; Lenoil (13%)  et l’Etat  avec 7 %.

Mais quel est votre rôle exact dans cette société ?

Mon rôle, c’est d’aider le directeur général qui est nommé par les compagnies pétrolières dans ses différentes tâches. Parce que c’est une direction rotative entre ces compagnies pétrolières,  à savoir Vivo- Energie  et TOTAL Guinée. J’ai le rôle  d’aider le directeur général à coordonner les activités de la  SGP à travers ses projets  et en plus défendre les intérêts de l’Etat guinéen.

Vous n’êtes pas sans savoir que les produits pétroliers sont des produits très  stratégiques, au plan politique comme dans notre pays. L’Etat doit avoir un droit de regard sur ce secteur.

Quels sont les investissements réalisés à ce jour, dans le cadre de l’amélioration de la qualité du travail pour une meilleure qualité de produit ?

Je n’aime pas parler de nos acquis, car rien qu’à regarder de très près la qualité de nos produits sur le marché, vous en serez convaincus.  Mieux, ces produits sont déjà suivis depuis longtemps. Au niveau du dépotage avant le déchargement, le produit est contrôlé  sur sa qualité. Nous avons un expert indépendant qui est chargé de certifier  la qualité du produit à dépoter. Les analyses sont faites sur chaque point de déchargement. Donc sur la qualité, nous, nous sommes convaincus que les produits  exploités en Guinée sont des produits  de bonne qualité qui répondent aux normes guinéennes. Et pour votre information, la Guinée détient les meilleures qualités de produits de la sous-région. Nous avons déjà des statistiques là-dessus.

Par rapport aux investissements, ils sont axés sur l’augmentation de la capacité de stockage.  Pour mémoire, retenez qu’au départ  pour tous produits confondus,  je dirais que l’essence s’opère 91, le gasoil 0.2. La teneur en soufre qui répond au standard, pour le pétrole, on avait une capacité de 40 mille mètres cubes. Avec les investissements que nous avons  eus sur le projet de Coronthie, phase 1, 2 et 3, nous avons pu avoir aujourd’hui une capacité  de stockage  de 71 mille mètres cubes en gasoil, et en essence, 30 mille mètres cubes. Une capacité facilitée grâce aux apports de l’Etat. En plus, il faut saluer l’action de l’Etat pour subventionner l’essence, pour que ce produit pétrolier soit un produit stratégique.

On remarque qu’en Guinée c’est l’Etat qui dispose de l’exclusivité de l’importation des produits pétroliers. Y a-t-il une loi qui autorise la concurrence ?

Oui ! L’importation des produits pétroliers est confiée à la SGP, il y’a un protocole  d’accord  signé à cet effet depuis 1990, et qui donne      l’autorisation uniquement à la SGP pour importer ces produits pétroliers. Pour le moment, toutes les importations des produits pétroliers passent obligatoirement par la SGP, à part les importations  de CBG.

Quels conseils pour les nouvelles générations ?

D’abord, j’insiste pour prendre assez au sérieux les études et avoir l’ambition d’être un cadre de l’Etat ou au privé, de servir la Guinée loyalement et aussi d’avoir un idéal. Il faut avoir  un idéal dans la vie pour réussir. Je pense que la jeunesse guinéenne doit s’atteler au sérieux, à l’amour du pays et si tous les  jeunes Guinéens  vont dans la même direction, ce  pays pourra être un grand pays émergent.

LAISSER UN COMMENTAIRE