Elections locales: LES ACTEURS ÉLECTORAUX OUTILLES EN LEADERSHIP ET PRÉVENTION DES CONFLITS.

0
521

Dans le cadre du Programme d’Appui à la Crédibilité et à la Transparence des Elections en Guinée, le Centre Européen d’Appui Electoral (ECES) a mis en œuvre un vaste programme de formation en leadership et gestion des conflits électoraux (LEAD). Ces sessions, organisées en collaboration avec la commission électorale nationale indépendante, ont mobilisé l’essentiel des parties prenantes au processus électoral guinéen et s’inscrivent dans le but de renforcer leurs compétences.

Les formations LEAD, de manière globale, visent d’abord à renforcer les capacités des acteurs électoraux en matière de leadership, d’accroître leur capital confiance et de leur fournir les outils nécessaires à la prise de décision et à la gestion des conflits liés à leur domaine. Spécifiquement, ECES cherche ensuite à créer un réseau de formateurs guinéens, riches de leurs expériences locales, capables d’anticiper les problèmes de nature à troubler le déroulement normal du processus électoral.

Au total, ils étaient 32 participants venus des partis politiques, des médias, de la société civile, de la CENI et du ministère de l’Administration du territoire à avoir bénéficié, du 04 au 10 Octobre 2016, à l’hôtel Mariador Palace de conakry, d’une formation des formateurs, animée par des facilitateurs internationaux venus pour l’occasion. Au cours de la cérémonie qui a marqué l’ouverture des travaux, les intervenants, Mme Pratima Frantzen de la délégation de l’Union européenne et M. Jacques Gbonimy, commissaire national de la formation et aux accréditations, ont l’un après l’autre salué l’initiative d’ECES et rappelé combien elle était louable en ces moments sensibles où se préparent des élections de proximité, objet de toutes les attentions. Ils ont ensuite enjoint les participants à s’approprier les contenus des cours et d’en faire usage dans le cadre d’un leadership constructif. Prenant la parole, M. Dominique Weerts, le chef du projet, a mis un accent particulier sur les objectifs de la formation et la volonté de ECES de continuer à soutenir d’autres activités allant dans le sens du renforcement de la démocratie. Son propos, il l’a achevé par une exhortation : celle adressée aux différentes parties prenantes présentes, de saisir l’opportunité ainsi offerte pour approfondir leurs connaissances liées à la gestion des crises électorales et de pouvoir les démultiplier dans le cadre des formations en cascades. Au terme des 7 jours de formation enrichis par des échanges fructueux et soutenus par des exercices pratiques, l’atelier s’est achevé par une cérémonie de remise de certificats qui a vu les participants être accrédités comme facilitateurs semi-certifiés.

S’en sont suivies, dans la deuxième étape, les formations modulaires déroulées dans les huit chefs-lieux des régions administratives que compte la Guinée. Elles ont débuté à Conakry le 12 Octobre ainsi qu’à Mamou et à Faranah le 13 Octobre et se sont achevées à Labé le 1er Novembre. Dix-sept (17) des facilitateurs guinéens semi certifiés y étaient engagés comme co-formateurs aux côtés des accréditants internationaux. Ce qui, comme le prévoit la procédure de certification LEAD, les a élevés au stade de formateurs certifiés. Au final, 340 acteurs électoraux venant de différentes structures ont pris part à ces formations en régions.

Ce programme de renforcement des capacités, au regard des résultats qu’il a produits (notamment ce nouveau pool de formateurs locaux sur lequel la Guinée peut désormais compter), a eu un impact considérable et permis aux parties prenantes d’inscrire leurs efforts d’avantage sur l’approche collective de prévention des conflits. Ce qui, dans toutes les localités, a amené les autorités administratives à solliciter d’ECES la démultiplication du LEAD au niveau des préfectures pour toucher un maximum d’acteurs.

En ces moments marqués par la préparation des communales et avec tout l’intérêt qu’elles suscitent au niveau local et en termes d’enracinement de la démocratie, cette initiative du PACTE Guinée est venue donc à point nommé. Elle permettra de contenir les passions, promptes à éclater en période électorale et à favoriser l’acceptation des résultats sur fond d’un climat apaisé.

Le projet PACTE Guinée, financé par l’Union Européenne, contribue, d’une part, au renforcement des capacités des parties prenantes au processus de démocratisation de la Guinée et, d’autre part, à celui des Institutions démocratiques nouvellement installées, dans un contexte où des élections locales crédibles, transparentes et apaisées devront prochainement être organisées.

LAISSER UN COMMENTAIRE