Une communauté de destin…

392

Ils s’entendaient comme larrons en foire! Deux artistes guinéens dans le vrai sens du terme!

Souleymane Koly , père-fondateur  de l’ensemble Kotéba, des Trois Go d’Abidjan et Ahmed Tidjane  Cissé artiste dans l’âme  compagnon de route d’Alpha Condé et de tant d’autres!

Des destins  croisés. Le premier,  a disparu au plus fort d’une intégration culturelle toutes les planches de France  et de Navarre!

Les deux larrons se sont rencontrés en France dans les années 60, 70. Tous deux étudiants à Paris, ils avaient choisi de garder le cordon ombilical avec la mère-patrie, de ne jamais le couper, de garder cette valeur en eux, la culture de leur terroir.

Ne dit-on pas que l’homme peut tout perdre sauf sa culture!

Ils ont ensemble crée un ensemble qui se voulait rassembleur et qui rappelait la douce Guinée.

‘’Kaloum-Tamtam’’ était un ensemble artistique qui fédérait toutes les communautés guinéennes de la basse-Guinée, de la haute-Guinée , du Foutah et bien sûr de la grande Forêt guinéenne.

Il y avait dans ce groupe à part ces deux larrons en foire, l’actuel ministre des Mines Kerfalla Yansané, l’écrivain et chroniqueur Saidou Nour Bokoum , Saliou Sampil ancien ambassadeur en Algérie et tout récemment Conseiller du Premier Ministre  Jean Marie Doré.

Souleymane  Koly et Ahmed Tidjane Cissé avaient à cœur de porter haut le flambeau de la culture guinéenne. le premier était originaire du grenier de la Guinée, une région bénie des dieux où tout peut pousser si l’on s’en donne la peine mais aussi une contrée au riche folklore qui peut être un levain dans le développent socioculturel de la Guinée.

Le second larron est lui originaire de la Basse-Guinée, du pays soussou, une contrée également au riche folklore inégalé, pays de braves  artisans dans tous les corps de métiers également truffé d’artistes aux talents inégalés.

La Guinée pleure ses deux artistes aujourd’hui disparus ne devrait pas laisser à d’autres de magnifier ses valeurs en les laissant végéter dans le plus noir destin car ils ont mérité de la patrie.

Souleymane Koly,  nous le rappelions au début de cet article, père fondateur de l’Ensemble Kotéba  et les « 3 Gos » a apporté son savoir-faire artistique et son expertise en Côte d’Ivoire où on avait  compris très tôt que le développement avait une dimension culturelle.

Au Ministère du Plan en Eburnie où il officiait à la Direction Etudes, Souleymane Koly était en phase avec les Départements techniques pour mener une réflexion sur la présence de la culture dans le processus de développement général de la Côte d’Ivoire.

Quant à Ahmed Tidjane Cissé, quoi qu’il fit une incursion remarquée dans le monde nombreux mandats de députés dans la nouvelle Assemblée Nationale, est devenu le premier grand commis de l’Etat a dirigé un département intégralement dédié à la Culture et du Patrimoine Historique.

Malheureusement, il est resté jusqu’a sa mort le parent pauvre du gouvernement du Professeur Alpha Condé. Aucune infrastructure digne de ce nom, aucun crédit, aucun encouragement,  rien qui puisse honorer la mémoire des grands noms de la culture comme Italo Zambo, Kolo Salé, Jeanne Macauley et tant d’autres.

Le rêve éveillé de celui qui fût un compagnon de route dans la conquête des droits humains, avec qui j’ai crée la première organisation des droits de l’homme en Guinée, était de bâtir un Théâtre national une super structure qui n’aurait d’égal  que l’Opéra de Paris, où le Théâtre du Kremlin où  le Ballet du Bolchoï se produit à demeure durant de longues années. Il avait une vision futuriste de la culture guinéenne. Hélas le destin en a décidé autrement.

Braves  guerriers de la culture,

Souleymane  Koly , Ahmed Tidjane Cissé, dormez en paix ! Les générations successives de Guinéens se souviendront de vous , vous serez , que dis -je , vous êtes déjà au Panthéon , car comme écrit sur le frontispice du monument :

‘’Aux Grands Hommes, la Patrie  Reconnaissante!