Pleins feux sur Bakary Diaby, Président Directeur Général de SOGUIBEC.

1661

Jeune entrepreneur  issu de la diaspora ayant regagné le pays à la faveur de l’instauration d’un climat favorable aux affaires grâce à la nouvelle gouvernance politique instituée par le Président Alpha Condé, Bakary Diaby la vingtaine révolue est aujourd’hui Président Directeur Général de la SOGUIBEC  S.A (Société Guinéenne de Business, d’Equipements et de Construction) ; société qu’il dirige depuis 2014 et qui contribue efficacement aujourd’hui à l’essor économique de la Guinée à travers la création d’emplois pour les jeunes. Dans cette interview inédite, il nous livre son expérience et ses ambitions….

 Comment voyez-vous le défi qui vous attend à la tête de la SOGUIBEC ?

Mon feu père à qui je rends un hommage pieux m’a enseigné que la vie de l’homme repose sur sa capacité à surmonter les défis qui se posent sur son chemin. Ainsi, vous conviendrez avec moi que les défis font parties des expériences quotidiennes de la vie. Parfois ils s’imposent à nous et il nous revient de trouver les voies et moyens pouvant nous permettre de les surmonter avec succès. Dans le cas d’espèce, je dois dire que c’est un groupe qui se fixe pour objectif fondamental d’apporter sa contribution au développement national dans la vision patriotique de son promoteur que je suis. A ce titre SOGUIBEC dispose d’une expertise et d’un professionnalisme avérés qui s’appuient sur la motivation et la qualité de ses ressources humaines. Et c’est pourquoi d’ailleurs nous faisons de l’emploi des jeunes compétences une priorité absolue parce que la jeunesse est la véritable force de changement d’une société.

A votre avis quel est le premier défi ?

Le premier défi reste l’atteinte des objectifs fondamentaux de la société qui demeurent l’accroissement de notre chiffre d’affaires et la contribution à la création de richesse et d’emplois pour les jeunes. A cela s’ajoute l’affirmation de la notoriété de la société sur le terrain concurrentiel  guinéen, africain et même international.

Pouvez-vous nous détailler le nouveau plan stratégique ?

Le nouveau plan stratégique adopté en 2014 est innovateur. L’objectif de ce plan consiste à mobiliser des ressources et de les allouer aux projets promoteurs dans le domaine des télécoms, l’ingénierie, le bâtiment et les travaux publics, l’équipement, les services et le commerce général. Bref il s’agira pour la société de renforcer ses capacités opérationnelles afin de lui permettre de faire face à ses engagements contractuels en termes de construction des infrastructures, les routes, l’énergie, les ouvrages de télécommunications qui forment les volets majeurs de ce nouveau plan stratégique.

Comment se présente aujourd’hui le bilan de la SOGUIBEC ?

La SOGUIBEC se porte bien en dépit du contexte national et international tendus, le bilan 2014-2015 sera positif. Nous avons démarré nos activités en 2014 et plusieurs projets ont déjà été entamés. L’année 2014 s’est terminée sur une note positive.

Comment se présente aujourd’hui les secteurs des télécommunications ou des travaux publics ?

Il vous souviendra que dans un passé récent, posséder un téléphone portable ou accéder aux nouvelles technologies de l’information et de la communication était un privilège rare dans notre pays. Du simple cultivateur au manager de banque, aujourd’hui avoir un téléphone est vraiment banal. Et c’est pourquoi, à mon humble avis, nous devons exprimer nos remerciements au Président de la République le Professeur Alpha CONDE, pour avoir rendu compétitif le secteur des télécommunications à travers notamment la lutte contre la corruption.

D’une part, vous avez l’insuffisance et la vétusté de la plupart des infrastructures publiques existantes et le manque de professionnalisme et de rigueur dans l’exécution des travaux de construction d’autre part. A ce niveau il faut noter l’urbanisation sauvage à laquelle les autorités à tous les niveaux doivent faire face. Lorsque dans un secteur aussi complexe que le bâtiment, des immeubles en construction arrivent à s’écrouler tout seul alors là il y a de bonnes raisons de se préoccuper. L’immobilier résidentiel toutes catégories confondues, n’a malheureusement pas  suivi le développement et la croissance des capitales africaines.

 Vous êtes un fils de Baba Diaby, puisque votre feu père était un patron et un entrepreneur reconnu. Un avantage, une difficulté ou les deux ?

Mon ascendance est pour moi une chance comme je vous l’ai dit au début de notre entretien. C’est aussi un grand avantage pour moi et j’en remercie le Tout-Puissant ainsi que mes parents, surtout ma mère.

Les portraits que l’on fait de vous sont souvent assez durs. On vous dit : “ impitoyable, calculateur, froid, distant“. Est-ce vrai ?

Encore une fois, je pense que ces qualificatifs proviennent de ceux qui ne me connaissent pas. J’ai plutôt été éduqué dans le respect d’autrui et avec un esprit de solidarité. Compte tenu de ma nature réservée certainement un héritage paternel, cela est parfois mal interprété. Ceux qui me connaissent savent que j’aime passer du temps en famille et avec mes amis, même si je suis souvent très rigoureux en matière professionnelle.

On dit de vous que vous êtes moins “un homme d’affaires’’, un ‘’homme de coup’’, qu’un entrepreneur“. Etes-vous d’accord avec cette définition ?

Evidemment non. Les investissements déjà réalisés par notre groupe prouvent à suffisance que nous agissons sur le long terme. A l’exception du secteur des télécoms, nous projetons toujours nos investissements dans la durée. Sauf que je me pose logiquement la question de savoir quel est cet opérateur ou dirigeant d’entreprise qui refuserait de saisir une opportunité qui se présente à lui ?

Je pense que vous répondrez aisément à cette question à ma place.

Quels sont selon vous, les domaines fondamentaux dans lesquels l’Etat peut intervenir pour soutenir les entrepreneurs ?

L’instauration d’un climat de transparence et d’égalité dans le processus des passations des marchés publics est un facteur d’intervention de l’Etat en faveur des entrepreneurs. L’allègement de charges fiscales et la mise en place d’un cadre de partenariat fiable entre les entreprises et les banques peuvent aussi  constituer une action d’appui de l’Etat aux entreprises car sans l’accompagnement des banques, la tâche ne serait nullement facile pour les entrepreneurs !

le mot de la fin ?

Tout d’abord je tiens à remercier solennellement la maison Madina.Com qui m’a donné l’opportunité de m’exprimer à travers ses lignes ; merci et au passage, j’invite tous les jeunes guinéens qui ont des compétences, des expériences, des projets et du savoir-faire, de venir tout mettre au service de la nation et surtout qu’on se donne la main pour participer au développement durable du pays,… forcément cette Guinée d’aujourd’hui a besoin de nous tous et son développement passera par nous  les jeunes ! MERCI !

Entretien réalisé par Madina Men

 PORTRAIT de Bakary Diaby

Bakary Diaby est un jeune entrepreneur de 29 ans ; marié et père de (3) enfants, deux(2) filles  et un (1) garçon qui veut ressembler à son père et voire  le dépasser ; il a fait ses études supérieures en France de 2004 à 2011 dans les domaines comme :

  • Le Commerce
  • Des Hautes études Internationales  et Politique à Paris