INTERVIEW de  S.E. Monsieur Francisco de Asís Benítez Salas l’Ambassadeur du Royaume d’Espagne en Guinée.

665

Le Cercle des Amis de la Guinée s’élargit chaque jour. Nous avons rencontré S.E. l’Ambassadeur du Royaume d’Espagne afin de mieux faire connaissance. Cette puissance économique qui est restée longtemps absente de notre pays s’intègre de plus en plus chez nous. Suivez.  

L’Espagne on le sait, est une puissance économique en Europe occidentale, nous voudrions avoir une idée des relations bilatérales avec la Guinée,  économiquement et culturellement entre autre ! 

Les relations économiques et commerciales entre l’Espagne et la Guinée sont en train de se développer depuis l’ouverture de l’Ambassade en 2007. L’Espagne est géographiquement très proche de la région et cela constitue un avantage. Nous comptons, dans ce domaine, avec l’appui du Bureau Économique et Commercial de notre Ambassade à Abidjan, qui s’occupe de la Guinée et avec lequel nous sommes en contact permanent pour appuyer les échanges commerciaux et économiques entre les deux pays.

En ce moment-là, l’Espagne est la deuxième destination des exportations de la Guinée, après l’Inde. L’Espagne exporte vers la Guinée, principalement, machines et produits manufacturés en plastique, du carburant, des huiles minérales, des véhicules et des produits alimentaires, entre autres. Nous importons de la Guinée, principalement, des minéraux, caoutchouc, cacao et quelques manufactures plastiques.

Les entreprises espagnoles sont de plus en plus intéressées par les possibilités qu’offre le marché guinéen. Déjà, nous avons des exemples importants, tel que l’Hôtel Palm Camayenne, construit et géré par une société espagnole, BONAGUI, dans le domaine de distribution de boissons. La société CIERZO INVERSIONES va construire la nouvelle prison centrale de Guinée dans la Préfecture de Dubréka.  Il y a d’autres entreprises espagnoles qui sont en train de s’installer en Guinée, dans plusieurs domaines d’activité,  et les perspectives sont très positives. Ceci est important, car l’activité commerciale et les investissements étrangers constituent un ingrédient essentiel pour le développement du pays et la création d’emploi.

En ce qui concerne le domaine culturel, l’Ambassade d’Espagne est très active. Par exemple, dans le contexte ébola, nous avons contribué au programme de communication et  de sensibilisation avec une exposition au Musée National sous le titre’’ Ebol’Art’’. Également, nous venons d’organiser dans le même Musée, une exposition de photographie scientifique FOTCIENCIA, envoyé par notre Conseil Supérieur de la Recherche Scientifique.

Dans la semaine du livre, récemment tenue à la’’ Blue Zone’’ de Kaloum notre Ambassade y a été présente avec un stand.

Finalement, nous avons participé aux célébrations de la Journée de l’Europe au Centre Culturel Franco Guinéen avec la projection du film, « Binta y la gran idea », portant sur la situation des femmes en Afrique.

Il y a d’autres projets en matière culturelle, et en matière de collaboration inter universitaire, sur lesquelles nous réfléchissons maintenant.

La Guinée que vous connaissez certainement depuis quelques temps, traverse une épreuve très difficile  avec l’explosion de la fièvre à virus ‘’Ebola’’. Quel apport l’Espagne a-t-elle fait à la Guinée !

L’Espagne a été très impliquée à l’égard de cette tragédie. En Août 2014, au moment où la maladie frappait de plein fouet les pays de la sous-région, c’est à l’initiative de l’Espagne qu’une réunion extraordinaire a été convoquée au sein de l’Union Européenne pour que l’affaire y soit discutée au plus haut niveau et des mesures urgentes soient prises pour aider les pays touchés.

Ensuite, l’Agence Espagnole de Coopération Internationale au Développement (AECID) a apporté sa contribution, sous plusieurs formes et mécanismes, aux pays affectés par la maladie, soit avec appui direct á des acteurs qui travaillent sur le terrain, comme l’UNICEF, soit avec des programmes dirigés vers les organisations d’intégration régionale, notamment la CEDEAO. Dans le contexte ébola, notre priorité est l’aide aux couches les plus faibles de la population, et donc les plus fortement affectées par l’épidémie, femmes et enfants.

La Méditerranée est devenue un  vaste cimetière pour de nombreux africains. Entre l’Espagne et l’Italie,  l’’’eldorado’’ européen devient inaccessible, quel message pouvez-vous envoyer  aux éventuels candidats à l’émigration !

L’émigration clandestine constitue un problème assez grave pour lequel il faut trouver une solutions entre toutes les parties impliquées .C’est un phénomène souvent lié à des activités et à des réseaux de délinquance qui font des fausses promesses. Ce que je dirais aux personnes qui seraient tentées de prendre ce chemin : réfléchissez et faites la sourde oreille aux chants des sirènes. La prospérité n’est pas toujours à la portée de la main et on risque de se retrouver dans la pauvreté et dans l’illégalité dans un pays qui n’est pas le sien. Tout ce qui brille n’est pas or dit-on.

Depuis l’ouverture de l’Ambassade d’Espagne en Guinée, quelles actions avez-vous initiées pour une meilleure appréhension de votre pays…..par exemple en ouvrant un centre culturel !

Depuis l’ouverture de l’Ambassade en 2007,  nous avons travaillé pour accroître la visibilité de l’Espagne comme partenaire solide et sérieux, avec un profond engagement pour le développement de la Guinée, tant au sein de l’Union Européenne que dans nos rapports bilatéraux. 

Quel apport,  l’Espagne peut-elle apporter au domaine touristique en Guinée, sachant que votre pays a une expertise à revendre dans ce domaine !

L’Espagne peut apporter une très valable contribution au développement du secteur touristique en Guinée. Nous sommes une puissance dans ce domaine. En 2014 nous avons reçu plus de 60 millions de touristes. Nos entreprises et nos investisseurs ont une présence internationale très importante.

La Guinée offre un potentiel touristique énorme, mais pour le développer il faut de lourds investissements. On a déjà commencé et la preuve,  est l’Hôtel Palm Camayenne, construit par une société espagnole et dont le management est également espagnol. Mais les investissements doivent trouver dans le pays une atmosphère politique stable et calme.

Dans le domaine économique, on voit très peu d’entreprises espagnoles en Guinée, qu’en est-il du futur !

Il faut se méfier des apparences. Il y a des sociétés espagnoles déjà présentes en Guinée, dans le domaine de l’hôtellerie, de distribution de boissons, sécurité privée, construction. Les visites des hommes d’affaires espagnols continuent, malgré les circonstances adverses crées par l’épidémie à virus ébola, pour explorer d’autres secteurs et nous travaillons conjointement avec l’APIP, (Agence de Promotion de l’Investissement Privé).

Parlons de vous. Est-ce que Conakry est votre premier poste diplomatique !

Conakry n’est pas mon premier poste diplomatique. J’ai servi en Arabie Saoudite, Zimbabwe, Syrie, Japon, Thaïlande et Corée du Sud.

Quelles impressions avez-vous des Guinéens !

La Guinée est un pays très accueillant, avec un bon climat tropical et d’une beauté naturelle incroyable. Les guinéens sont des gens chaleureux et hospitaliers.

M.M.