Guinee-Maroc : un partenariat solide et exemplaire

0
897

Les relations amicales et cordiales contemporaines qu’entretiennent Guinéens et Marocains remontent  à la grande époque du feu Président  Sékou Touré et de feu, sa Majesté le Roi Mohammed V, (pères fondateurs de l’OUA). Ces rapports se sont améliorés avec le Roi Hassan II et le Général Président Lansana Conte et se sont densifiés avec sa Majesté Mohammed VI et le Président Alpha Conde.

Des liens forts et divers pour des échanges ‘’en deçà des attentes’’. Le volume des échanges économiques et commerciaux entre les deux pays est resté très longtemps, extrêmement faible et déséquilibré. Le Maroc est le 8eme fournisseur et le 18 eme client de la Guinée. En 2012, 6% seulement des investissements directs étrangers marocains étaient  injectés dans l’économie guinéenne. Une balance commerciale déséquilibrée : les exportations de la Guinée vers le Maroc sont estimées à plus de 5,9 millions de dollars alors que les importations de biens et produits en provenance du Maroc s’élèvent à 70 millions de dollars.

Les accords passés en 2014 revisités … de nouveaux conclus

Outre l’aspect politico diplomatique les différents séjours du souverain marocain en Guinee ont  permis de revisiter la vingtaine d’accords et de conventions de coopération bilatérale signés en 2014 à Conakry mais qui peinent pour bons nombres, à être pleinement opérationnels.

Qu’à cela ne tienne, la dernière visite en Guinee du souverain chérifien avait permis de conforter ce partenariat strategique avec la signature de 8 nouveaux accords portant sur l’assainissent, la voirie et le système cadastral de la ville de Conakry, la fertilisation des sols, la livraison d’engrais, les aménagements hydro agricoles, la culture du maïs….

Illustration vivante de cette coopération, ces 2 projets phares financés par la Fondation Mohammed VI. Il s’agit du point de débarquement pour les pêcheurs de Temenetaye à Kaloum et du chantier de construction presqu’achevé du complexe de formation professionnelle de Nongo à Ratoma.

Le point de débarquement de Temenetaye financé à hauteur de 13 millions de dirhams est un espace moderne de stockage et de commercialisation des produits de pêches artisanales bientôt livré aux pêcheurs artisans de Guinée. Le souverain chérifien annoncé très prochainement en visite en Guinée procèdera, aux cotées de son frère et ami le Président Alpha Conde a l’inauguration de ces infrastructures.

Un centre pour former des jeunes artisans … un hôpital pour mère et enfant

Le complexe de formation professionnelle de Nongo Conakry accueillera des l’entrée universitaire prochaine 1.000 stagiaires (600 en BTP et 400 en tourisme, hôtellerie et restauration) dans 21 filières de formation. En le visitant récemment ce bijou, Alpha Conde et son hôte de marque avaient  apprécié et salué la qualité du travail abattu par le groupe Itqane sur les chantiers.

Ils ont été par ailleurs rassurés par le groupe Itqane sur le chronogramme d’exécution du projet de l’Hôpital Mère et enfant de Sonfonia. La Fondation Mohammed VI a alloué 165 millions de dirhams à la construction de cet établissement de 80 lits qui devra contribuer à la réduction des mortalités maternelle et infantile. Il permettre une fois livré de prendre en charge des pathologies de la mère et de l’enfant ainsi que des grossesses à risque. L’Etablissement assurera en outre, la formation des professionnels de la santé et le transfert de compétences. Au cours de cette visite, le Roi Mohamed VI a tenu à offrir un internat supplémentaire de 250 places.

En termes de retombées pour la Guinée, le Maroc qui s’investit déjà dans la formation d’imams guinéens finance la construction avancée d’une Mosquée moderne d’une capacité de plus de 3.000 fideles, baptisée Mohammed VI  située à Enta, dans la commune de Matato. Le souverain avait on s e le rappelle fait don de 10.000 exemplaires du Saint Coran au Secrétariat General des Affaires Religieuses.

Gravée dans la mémoire collective, la Guinée, frappée de plein fouet par l’épidémie d’Ébola et mise en quarantaine par bons nombres de ses voisins immédiats, « n’oubliera jamais la franche main tendue du Maroc qui lui a offert d’une part, l’un des rares couloirs aériens vers le monde et de l’autre, un terrain de jeu pour son onze national, le Syli engagé dans les compétitions de la CAF et de la FIFA ».

A l’heure de la mondialisation, le regain d’intérêt du Maroc pour l’Afrique sub-saharienne, en témoigne son retour dans l’UA et sa demande d’adhésion à la CEDEAO, n’est pas fortuit. Il participe de la volonté du Royaume chérifien de s’appuyer sur ses racines africaines pour bâtir un pôle de stabilité et de sécurité ainsi qu’un grand espace de développement intégré à l’abri des extrémismes et du terrorisme. Il revient aux pays partenaires africains comme la Guinée, de saisir les opportunités  offertes et d’en tirer le maximum d’avantages pour le mieux être des populations.  Tout un challenge !

Ibrahima Ahmed Barry, journaliste consultant.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here