Oumar Said K O U L I B A L Y Directeur Général par intérim de L’ARPT

1172

Rigueur, constance, cohérence de la gamme à l’instar de BELL Canada : les rudes disciplines imposées par Koulibaly ont aussi tiré du marasme l’ARPT qui, du coup, peut encore rêver d’émancipation, après les forces centrifuges avec Mamy Moustapha Diaby, jadis DG et devenu Ministre des postes et télécommunications. Il a fallu tout son pouvoir de persuasion pour imposer à l’ARPT un programme cohérent afin qu’elle  devienne créative et attentive aux sollicitudes du marché numérique.

  1. Qu’est-ce que l’ARPT

L’ARPT, c’est l’autorité de régulation des postes et télécommunications. Elle est une autorité administrative indépendante, dotée d’une personnalité morale et de l’autonomie de gestion administrative.

Elle est composée de 2 organes. Il s’agit du conseil national de régulation des postes et télécommunications qui est l’instance décisionnelle et la Direction Générale qui est organe exécutif.

  1. Quels sont les objectifs ?

L’ARPT, exerce les missions de régulation de façon indépendante, neutre, proportionnelle, impartiale et transparente, avec comme objectif  principal la sauvegarde des intérêts des consommateurs, des investisseurs et de l’Etat. Elle joue un rôle d’arbitre sur des marchés (Postes et Télécommunications) ouverts à la concurrence.

Le développement harmonieux des marchés de services postaux et de Télécommunications en République de Guinée étant le défi de tous les jours, l’atteinte de cet objectif passe par des actions courageuses et palpables qui sont entre autres:

–       d’instaurer un marché ouvert et concurrentiel ;

–       de promouvoir le principe de la neutralité technologique ;

–       de proposer les modifications des textes légaux et règlementaires en fonction de l’évolution rapide du secteur.

C’est ce que nous faisons et continuons de faire depuis notre arrivée à la tête de l’ARPT.

  1. Quel est le bilan de l’ARPT dans la mise en œuvre du cadre du code des investissements ?

Le Code des Investissements définit le cadre et les conditions dans lesquels s’opèrent les investissements en République de Guinée de façon générale. Ainsi, le suivi de sa mise en œuvre se veut dynamique et concomitant. Nous en avons conscience et  nous y contribuons activement. Cette contribution passe d’abord par les garanties (cadre rassurant aussi bien sur le plan institutionnel que légal et réglementaire) que nous offrons  aux investisseurs dans le secteur régulé, puis par la disponibilité à l’accompagnement que nous réservons pour tous ceux qui se proposent de contribuer à la réalisation des objectifs de développement socioéconomique de notre pays. (cf. l’évolution des investissements cumulés dans le secteur régulé).

  1. L’ARPT a-t-elle atteint ses objectifs dans la régulation des postes et télécommunications ?

La régulation est un processus à la fois juridique, économique et technique, qui se déroule sur du long terme. Partant, et au regard des principaux indicateurs caractérisant l’évolution des secteurs régulés (cf. observatoire 1er trimestre 2016, données de lutte contre la fraude), nous pouvons tout simplement affirmer que nous sommes sur la voie.

L’ARPT fait en sorte que chaque acteur trouve son compte. Les investisseurs doivent avoir un environnement d’affaires sûr et sécurisé par des textes règlementaires en vigueur. Le consommateur doit avoir des produits et services avec une bonne qualité de services, disposer du droit d’utiliser le produit ou service auquel il a souscrit avec les tarifs indiqués au départ. D’ailleurs en parlant de qualité de service, nous avons organisé la semaine dernière du 24 au 27 mai 2016, un atelier régional sur la qualité de service regroupant 10 pays de la sous-région, l’UIT, l’ARTAO, les opérateurs, le FAI et beaucoup d’autres experts de haut niveau dans le domaine. Les présentations de participants y compris l’expérience guinéenne et le rapport de cet atelier est disponible sur le site internet de l’ARPT. Le troisième acteur évidemment qui est l’Etat doit recouvrer ses recettes, ses taxes et impôts.

Comme je l’ai dit tantôt, l’ARPT doit garantir l’exercice d’une concurrence effective, loyale, durable et la continuité  des services. Pour cela, lors de l’atelier nous avons aussi présenté les résultats d’une étude sur la détermination de marchés pertinents et l’identification des opérateurs puissants. Cette étude a consisté à identifier les opérateurs dominants dans les segments de marchés et les obligations règlementaires spécifiques appropriées.

La régulation c’est un travail de tous les jours avec plusieurs acteurs notamment les opérateurs de téléphonie, les fournisseurs d’accès internet, les opérateurs postaux, la Guilab, la SOGEB même les vendeurs de téléphone qui doivent homologuer les terminaux……

  1. L’impact des reformes est-il perceptible sur l’’environnement de l’économie numérique ?

Le marché de l’économie numérique est constitué tout d’abord des investissements réalisés par les acteurs du secteur. Le développement et la promotion de l’Economie Numérique sur l’ensemble du Territoire, l’accès au Service Universel à toute la Population pour ainsi réduire la fracture numérique entre les zones rurales et urbaines doit être l’objectif global.

Beaucoup d’efforts ont été fournis par les acteurs  dans le secteur des télécommunications  et de l’économie numérique pour la commodité des populations tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays. La téléphonie mobile et l’internet ont complètement changé les habitudes des citoyens.

En fin 2010, la Guinée comptait moins de 100 centres de préfectures et sous-préfectures couverts par la téléphonie mobile, en 2015, Conakry et les centres de toutes les préfectures et sous-préfectures de la République de Guinée ont été couverts par la téléphonie mobile. Il faut également noter que Conakry et l’ensemble des centres des préfectures et plusieurs sous-préfectures sont couverts par la technologie 3G avec de l’internet haut débit pour une meilleure qualité de service.

Après les centres de préfectures et sous-préfectures les efforts sont concentrés maintenant aux districts et gros villages qui ne sont pas couverts. Un projet est en cours pour identifier l’ensemble des districts et villages à l’intérieur du pays pour une couverture à la téléphonie mobile et l’internet afin que chaque citoyen ait accès aux nouvelles technologies de l’information en fonction de ses besoins.

Parmi les 3 457 quartiers et districts en République de Guinée,  2 039 connaissent la présence d’au moins un opérateur de téléphonie mobile.

Les indicateurs du tableau ci-dessous montrent entre autres l’évolution du secteur depuis 2010. En fin 2010 il y avait 4 261 000 abonnements de téléphonie mobile en Guinée avec un taux de pénétration de 40,44 %.

En 2015 nous avons 10 764 958 abonnements à la téléphonie mobile soit un taux de pénétration de 99,1%. En 4 ans et demi, nous avons connu pratiquement une augmentation de 153% du nombre d’abonnements.

La connexion Internet s’est fortement améliorée grâce à l’atterrissage du câble sous-marin ACE,  la fibre optique,  la technologie 3G fournie par les opérateurs et les fournisseurs d’accès à l’internet.

Différentes offres Internet  à des tarifs accessibles à tous sont disponibles. Ces dernières sont souscrites par l’utilisateur final selon ses besoins de consommation et selon le confort de connexion recherchée. Aujourd’hui l’internet est devenu un outil de travail incontournable.

En fin 2010 la Guinée, avait 30 000 utilisateurs internet avec moins de 0,5% de taux de pénétration.  En 2015, nous sommes  2 437 597 utilisateurs internet avec un taux de pénétration de 22,4%.

En fin 2015 nous avons eu en république de Guinée plus de 7,5 milliards de minutes d’appel alors qu’en 2010 nous étions à 3,25 milliards de minutes. Il faut noter que le trafic a baissé de près 1% en 2015 par rapport à 2014. Cette baisse est justifiée par l’introduction de plusieurs taxes notamment la taxe de 1F par seconde élargi aux SMS et aux offres internet.

  1. A combien s’élèvent les recettes des sociétés de téléphonie ?

Le chiffre d’affaires global déclaré est disponible  de 2009 à 2015 sur le rapport d’activités annuel de l’ARP. Pour 2015, le chiffre d’affaires global déclaré s’élève à 3000 milliard GNF.

  1. La question des fréquences de l’audiovisuel. Qu’en est-il ?

L’Etat veille à une gestion concertée du spectre de fréquences Radioélectriques dans le cadre national, régional et international qui doit reposer sur l’efficacité économique, technique et de politique générale.

L’ARPT est chargée pour le compte de l’Etat, de la gestion, de la planification, de l’assignation et du contrôle des fréquences radioélectriques en collaboration avec la HAC. Le TANAF est disponible sur le site internet de l’ARPT. L’ARPT dispose des équipements de contrôle pour éviter ou limiter les dysfonctionnements techniques. Les conditions d’attribution et d’utilisation sont définies par la loi et l’ARPT dans son rôle met en application stricte les lois.

  1. Votre prédécesseur avait préconisé des réformes substantielles en 2015. Où en est-on avec celles-ci ?

Effectivement c’est une occasion pour moi de remercier le ministre des postes, télécommunication et de l’économie numérique pour tout le travail qu’il est en train de faire dans le cadre de la mise en place des textes réglementaires dans le secteur sans lesquels rien n’est possible notamment sur la cybercriminalité, la protection des données à caractère personnelle. La loi sur le secteur quant à elle a été adoptée et promulguée en août 2015. Au niveau de l’ARPT, nous nous battons sur le terrain pour lutter contre la fraude, amener les opérateurs  qui ont une qualité de services dégradée de se rectifier le plus vite que possible, faire en sorte que les tarifs soient abordables pour tous et que les consommateurs disposent correctement les produits et services disponibles sur le marché, veiller à ce que la concurrence soit saine et loyale, veiller à l’utilisation correcte des fréquences assignées ….

  1. Le mot de la fin.

Mon objectif est de faire de la Guinée une référence dans le domaine des télécommunications en Afrique.

Comme défini dans le plan stratégique, l’année 2016 va voir la montée en puissance de l’ensemble des actions prévues pour réguler efficacement le secteur.

Nous avons eu instruction du ministre de faire en sorte que  la 4G en Guinée soit désormais effective. Les licences traditionnelles d’exploitation sont devenues des licences de services ou licences unifiées ou globales, donnant plus d’opportunités ou de manœuvres aux opérateurs afin d’optimiser leur business. En plus de la 4G, les autres challenges à adresser sont, entre autres, l’adoption des textes subséquents relatifs au secteur de la poste, la mise en œuvre effective des activités de l’Autorité de protection des données à caractère personnel, la régulation des transactions électroniques, le déploiement des adresses IPv6.

Un autre point très important cette année, est la réception en ligne des plaintes des consommateurs afin de mieux répondre à leurs préoccupations diverses.

Enfin l’ARPT entend se faire connaitre davantage par le grand public afin de plus instruire les usagers sur leurs droits et obligations. En un mot, nous mettrons un point d’honneur à faire beaucoup plus éclore nos valeurs que sont  l’Intégrité, la Transparence, la Rigueur et l’Equité. Car notre ambition est d’être un Régulateur de référence au service de l’Industrie, des Citoyens et l’Etat.

Madina men

…………………………………………………………………………………………………..

Mon objectif est de faire de la Guinée une référence dans le domaine des télécommunications en Afrique.

En fin 2010, la Guinée comptait moins de 100 centres de préfectures et sous-préfectures couverts par la téléphonie mobile, en 2015, Conakry et les centres de toutes les préfectures et sous-préfectures de la République de Guinée ont été couverts par la téléphonie mobile.

Parmi les 3 457 quartiers et districts en République de Guinée,  2 039 connaissent la présence d’au moins un opérateur de téléphonie mobile.

 La connexion Internet s’est fortement améliorée grâce à l’atterrissage du câble sous-marin ACE,  la fibre optique,  la technologie 3G fournie par les opérateurs et les fournisseurs d’accès à l’internet.

 Nous avons eu instruction du ministre de faire en sorte que  la 4G en Guinée soit désormais effective. Les licences traditionnelles d’exploitation sont devenues des licences de services ou licences unifiées ou globales, donnant plus d’opportunités ou de manœuvres aux opérateurs afin d’optimiser leur business.